Devenir membre
Mon espace
Widget permettant le bon affichage des titres sur mobile

Ne pas toucher ce widget. Il ne s'affiche pas sur le site mais permet que les titres de toutes les pages (sauf la page d'accueil et l'espace privé) s'affichent sur l'image au format mobile.

news

L’inflation, est-elle vraiment là ?

On parle d’inflation lorsqu’il y a une hausse généralisée des prix à la consommation.
Pour la mesurer, on prend en compte les biens d’usage courant (alimentation, journaux, essence, …), les biens durables (habillement, ordinateurs, machines à laver…) et les services (coiffure, assurances ou loyers…).
 

Lors de la réouverture des économies, les marchés craignaient une envolée de l’inflation et de facto une hausse des taux d’intérêt. Selon les banques centrales, il s’agit d’une hausse temporaire, sans effet majeur sur l’économie. La réserve fédérale et la BCE ont réaffirmé leurs volontés de fournir la liquidité nécessaire pour maintenir les taux d’intérêt. Les rachats massifs d’obligations devraient continuer jusqu’en 2022.
 

Par ailleurs, il y a 3 facteurs non négligeables qui devraient continuer à soutenir l’inflation :
 

  • L’épargne accumulée par les ménages et les entreprises durant la Covid qui sera dépensée dans les biens et services ;
  • La reprise de l’activité économique avec l’ouverture des commerces et bientôt la levée du couvre-feu. Une bonne évolution du taux de vaccination des populations ;
  • La pleine réouverture des frontières et la reprise du tourisme ;
     

Jeudi 10 juin, l’indice d’inflation CPI américain est sorti au-delà des attentes à 5%. En France, sur le mois de mai 2021, l’inflation en glissement annuel est ressortie à 1,4% selon l’INSEE.
 

Les marchés financiers quant à eux sont toujours orientés à la hausse et les investisseurs achètent davantage la reprise économique. La vaccination évolue très bien et les prévisions de croissance sont revues à la hausse dans la plupart des pays de l’OCDE.


CONSEIL E-POCAMPE


Nous arrivons à voir le bout du tunnel en ce qui concerne la crise de la Covid et les autres risques semblent se réduire ou n’inquiètent pas suffisamment. Nous restons toujours positifs sur les marchés financiers. Nous privilégions des entrées progressives pour lisser nos points d’entrée et profiter des rotations sectorielles ou de style (cyclique vs croissance).

Il faut préciser également qu’il existe plusieurs autres sources de rendement que sont l’immobilier, le capital investissement et les produits structurés. Nous restons convaincus que ces supports ont pleinement leurs places dans un portefeuille bien diversifié.